Billet d'humeur

Ce "billet d'humeur" a d'abord été placé dans le courrier des lecteurs ou forum (lien Libres opinions), en plusieurs parties, pour tenter d'amorcer un dialogue.
Peine perdue, bien que ce forum soit consulté plus de 500 fois par an.
Les fonctionnaires de l'ASE et de la PJJ sont sans doute tenus au devoir de réserve.
Les parrains potentiels ne connaissent pas le sujet, ou ont trop de pudeur pour donner leur avis. On constate sur les forums Internet que, souvent, seuls les excités osent écrire.
Je place donc ce billet dans le corps du site.
Comme pour tout le contenu de ce site, il ne s'agit que de mon opinion personnelle.

Donnez votre avis 12 septembre 2007
Initialement je pensais faire un site où l'on parlerait librement du parrainage de proximité, où partisans et adversaires échangeraient leurs idées, comme le faisait le quotidien Le Monde, il y a quelques années.
Déception.
Les adversaires ne se manifestent pas dans ce courrier de lecteurs.

Adversaires  30 septembre 2007
Il y a des adversaires au parrainage, par corporatisme :
- les fonctionnaires de base de l'ASE et de la PJJ, qui pensent que seuls des éducateurs professionnels diplômés sont capables d'éduquer un enfant.
- les éducateurs des foyers, qui pensent de même.
- sans doute les familles d'accueil rémunérées par l'ASE.
Et il y a aussi d'autres adversaires inattendus et sans doute plus dangereux : nous-même, les français, vous et moi, qui sommes tant attachés à notre SERVICE PUBLIC sur qui nous avons tendance à nous décharger de tout ce qui va mal.

Partisans  22 novembre 2007
Il y a aussi, bien sûr, des partisans du parrainage:
- les associations françaises, dont 13 ont un site Web où vous ne pourrez que lire du bien du parrainage
- les 1000 parrains français qui ont parrainé
- la plupart des cadres supérieurs des ministères concernés (famille)

Sarkozy  20 octobre
Examinons l'impact d'une des réformes promises à l'occasion de la dernière élection présidentielle : le remplacement d'un seul fonctionnaire partant à la retraite sur deux.
Les premières applications de cette promesse font plutôt état de deux remplacements pour trois départs.
Pour qu'un effet sensible sur le comportement d'une administration se fasse sentir, il faudrait qu'elle subisse une réduction dans un rapport notable du nombre de ses agents, disons un rapport deux comme l'ont fait certains états nordiques.
Si l'on table sur une durée de carrière de 30 ans, un calcul simple montre qu'il faudrait n = 62 années, soit plus de douze quinquennats, pour que le remplacement de seulement deux départs à la retraite sur trois amène à une réduction d'effectif par deux.
L'équation donnant n est   
Après ces douze quinquennats, l'ASE ne pourrait plus financer autant de foyers et de familles d'accueil rémunérées, et serait naturellement encline à s'adresser à des parrains bénévoles.
Les partisans du parrainage de proximité doivent donc s'armer de patience.
Note avril 2008.  Si on ne remplaçait qu'un fonctionnaire sur deux, il faut 41 ans, et si on n'en remplaçait aucun il faudrait tout de même 20 ans.

Combien  22 novembre 2007 - hors courrier des lecteurs
Combien y a-t-il de parrainages de proximité actifs en France (actif = filleul âgé de 1 à 18 ans) ?
Je suis l'évolution du parrainage de proximité depuis le colloque de La Rochelle, fin 2001.
On cite de temps en temps, rarement par écrit, un nombre de 1.000, qui ne semble pas croître.
Cette stagnation explique pourquoi la plupart des associations ne souhaitent pas donner de chiffre.
Ce chiffre de 1.000 retera confidentiel, n'augmentera que très lentement, il faut s'y résigner, il faut raisonner en générations, pas en années.
(il y a environ en France 100.000 enfants en difficulté dans leur famille, 50.000 dans des foyers, 50.000 adoptés.)

Internet : les liens  22 novembre 2007
On peut considérer comme un gageure le fait de s'adresser au monde entier par Internet pour trouver des parrains dans le voisinage.
C'est vrai pour une association, mais ça ne l'est pas pour l'ensemble des associations.
Un site Internet est aussi un moyen pour faire connaître le parrainage de proximité à l'ensemble des internautes.
Bien que les dirigeants des associations – de fortes personalités, le plus souvent – se connaissent, se rencontrent, déjeunent parfois ensemble, aucun de leurs sites ne fait état des autres, et ce n'est pas un oubli.
Vous pourrez le vérifier en parcourant ces sites. Quiz : cherchez l'exception - il n'y en a qu'une.
Et c'est pourtant le nombre de liens qu'il reçoit qui fait la notoriété d'un site, comme je l'ai abondamment expliqué au lien "Faites la connaître" de ma page d'accueil, et écrit aux associations.
Dommage. Pourquoi des associations partageant la même éthique, non concurrentes car agissant dans des régions différentes, ne se citent pas mutuellement sur leurs sites Web ? 

Internet : le texte  9 février 2007
Mettre des liens sur son site pour faire connaître les autres associations, c'est efficace et très facile à faire.
Un autre moyen très efficace mais plus difficile à mettre en œuvre est de mettre beaucoup de texte sur son site.
En effet, les moteurs de recherche ne s'intéressent qu'au texte, pas aux images ni à la mise en page. Et j'ai compris récemment que Google référence en premier les gros textes, plus de 100 lignes (une page Web est référencée si, lorsque l'on recherche son nom dans Google, on en  propose une version "en cache").
Faisons un petit calcul :
Ce site contient beaucoup de texte et reçoit environ 20.000 visiteurs par an, dont 90 % ont trouvé une de ses pages au moyen d'un moteur de recherche.
En supposant que 10 sites associatifs se mettent à écrire et obtiennent les mêmes résultats, ce sont chaque année 20.000  x 0,9 x 10 = 180.000 internautes qui, chaque année, se seront connecté à une page de nos sites associatifs.
Supposons que un sur dix parmi eux ont eu la curiosité de remonter jusqu'à la page d'accueil : 18.000 auront entendu parler du parrainage de proximité.
Cela ne correspond qu'à environ un pour mille des 20.000.000 foyers de notre pays.
It's a long way to Tipperary !
Autres moyens connus pour augmenter la notoriété d'un site : modifier souvent les pages (chaque semaine), ne pas hésiter à répéter les mots clés intéressants comme parrainage, adoption, enfant.

A droite ou à gauche ?  20 mars 2008
La proximité des dernière élections municipales et cantonales nous amène à se poser cette question :
Le parrainage est-il de droite ou de gauche ?

  • à gauche parce qu'une caractéristique de la gauche est de s'intéresser aux pauvres, aux malheureux. La gauche prend soin des déshérités, favorise l'égalité et la fraternité, même au détriment d'un peu de liberté. Ce sont alors des fonctionnaires spécialisés dans l'éducation des enfants qui prennent en charge ce que pourraint faire des parrains. Plus de compétence, plus d'ordre, moins d'amour.
  • à droite parce que la droite libérale favorise l'initiative individuelle pour faire la chasse à ces inégalités. Des parrains citoyens ordinaires au lieu d'éducateurs spécilisés. Moins d'ordre sans doute.

Que conclure ?

Claude Brémenson